5 raisons pour lesquelles les États-Unis dominent le marché de l’aviation d’affaires

En Octobre, une partie de l’équipe de PrivateFly s’est rendu au salon NBAA 2013 de la National Business Aviation Association (association américaine de l’aviation d’affaires).

Organisé au Las Vegas Convention Center à l’aéroport Henderson, c’est le plus grand événement annuel de l’aviation d’affaires.

Il réunit les grands noms du secteur et leur offre une occasion unique d’échanger des connaissances, d’évaluer de nouveaux services, et bien sûr de découvrir quelques-uns des tout derniers modèles d’avions présentés (à suivre sur notre blog).

Les États-Unis sont le lieu idéal pour accueillir un tel salon international.

Née dans ce pays, l’aviation d’affaires continue d’y occuper une place de choix à bien des égards, et ce malgré l’expansion rapide de nouveaux marchés en Asie, Afrique, Amérique du Sud et Moyen-Orient.

Même l’Europe, dont l’économie est à peu près équivalente à celle des États-Unis et où l’aviation d’affaires est aussi bien implantée, enregistre un trafic représentant seulement un quart des mouvements d’avions de son rival transatlantique.

Les États-Unis dominent donc largement la planète dans le domaine de l’aviation d’affaires !

EN VOICI LES CINQ PRINCIPALES RAISONS :

1) L’industrie est née là-bas il y a 50 ans cette année.

Considéré par beaucoup comme le premier jet d’affaires de la planète, le Lear Jet 23 a effectué son premier vol au départ de Wichita (Kansas) en octobre 1963.

Neuf mois seulement après et pour un investissement total de 14 millions de dollars, cet avion imaginé par Bill Lear était officiellement certifié par la FAA et prêt à être commercialisé.

La marque Lear Jet devint alors synonyme de jet privé pour de nombreuses années.

En savoir plus sur les 50 ans du jet privé.

2) Les Américains achètent à eux seuls la moitié des jets privés

D’après la General Aviation Manufacturers Association (association des constructeurs d’avions privés), les États-Unis ont acheté 49,7 % des avions construits en 2012. Contre 20,8 % pour l’Europe, 11,8 % pour l’Asie-Pacifique, 11,6 % pour l’Amérique latine et 6,1 % pour l’Afrique et le Moyen-Orient.

3) Les aéroports d’affaires les plus fréquentés sont aux États-Unis

En 2012, 259 000 mouvements d’avions privés ont été enregistrés à l’aéroport Van Nuys de Los Angeles, ce qui en fait l’aéroport d’affaires le plus fréquenté de la planète.

Réservé à l’aviation privée et offrant un accès privilégié à une région très dynamique, l’aéroport Van Nuys est aussi très demandé par les voyageurs en provenance ou en partance pour New York.

La liaison entre les aéroports de Teterboro (New York) et Van Nuys (Los Angeles) est d’ailleurs la plus fréquentée de la planète pour les jets privés.

4) Les constructeurs américains dominent le marché

Les plus grands avionneurs sont pour la plupart des sociétés américaines (Cessna, Gulfstream).

Bombardier est Canadien, mais a un pied en dehors de ses frontières depuis l’acquisition du pionnier de l’aviation privée, Lear Jet.

Même les constructeurs originaires d’autres pays ont des installations aux États-Unis : Embraer est implanté à Melbourne en Floride et Airbus construit actuellement sa première antenne de production à Mobile en Alabama.

Ce choix n’a rien de surprenant : les États-Unis offrent une main-d’œuvre extrêmement qualifiée et étant donné la taille du marché, une implantation locale permet de réduire les frais de livraison.

5) L’opérateur de services aéroportuaires est un concept qui s’est développé aux États-Unis

Le FBO (fixed-based operator ou opérateur de services aéroportuaires en français) est pour les professionnels de ce secteur synonyme de terminal réservé à l’aviation privée. Leurs installations peuvent se limiter à de simples préfabriqués ou offrir un ensemble de services VIP dans des bâtiments créés par les plus grands architectes.

L’origine de ce terme remonte à la loi sur le commerce aérien (US Air Commerce Act) de 1926 qui exigeait que les opérateurs aériens aient une base fixe (fixed base) contrairement aux aviateurs de passage qui n’étaient pas réglementés.

La plus grande société FBO s’appelle Signature Flight Support et compte 65 opérateurs de services aéroportuaires rien qu’aux États-Unis. Cependant, BBA, la maison mère de Signature, est née en Écosse en 1978.

Avec plus de 2 000 appareils accrédités aux États-Unis, le réseau PrivateFly compte de très nombreux partenaires en Amérique du Nord et notre société ouvrira prochainement un bureau à New York.

Contactez dès aujourd’hui notre équipe spécialiste des États-Unis au 1 866 726 1222.

Publié: 13th November 2013 par Adam Twidell

Retour à Archive for November 2013