L’avion supersonique de demain nous emmènera-t-il à New-York en 1h ?

Alors qu’Aerion Supersonic promet de couvrir Londres-New York en 4h19 (au lieu de 6h58) avec l’AS2, Spike Aerospace annonce déjà être capable de parcourir la même distance en seulement 3h avec le S-512.

Mais le grand joueur dans la course à l’avion supersonique est le constructeur français Airbus, qui a tout juste déposé un brevet pour un jet qui serait capable de traverser l’océan en tout juste 1h.

Face à la multiplication de ces projets plus innovants les uns que les autres, nous nous sommes posés la question de la viabilité de l’aviation supersonique dans le futur.

Le défi est lancé : Airbus annonce un Paris – New York en 1h

Airbus vient de déposer un brevet qui décrit la technologie d’un avion pourrait traverser l’Atlantique en seulement 1h.

L’appareil serait capable de voler à une vitesse de 4,5 Mach (plus de 4 fois la vitesse du mur du son), ou 5 500 km/h.

Le successeur du Concorde pourrait transporter 20 personnes sur 8 850 km et atteindre les 30 km d’altitude.

Si l’avion voit le jour, il transportera principalement des voyageurs d’affaires et des passagers VIP d’après le constructeur français.

Un projet crédible ?

Les projets d’avions ultra rapides se multiplient donc. Cela fait pourtant plus de 10 ans que l’on n’a pas vu voler ce type d’avion, le dernier étant le vol du Concorde de Paris à New York.

Et pour cause, ces avions sont extrêmement chers à développer et à entretenir et ne peuvent pas voler partout.

C’est pourtant le rêve de tout fan d’aviation de voir un avion dépasser le mur du son et l’idéal de tout voyageur de pouvoir traverser l’océan en quelques heures à peine.

Pourra-t-on donc voler de Londres à New York en 3 heures, ou même 1 heure dans les prochaines années ? Nous pesons le pour et le contre de l’aviation supersonique.

5 arguments POUR les jets supersoniques

Si aucun avion supersonique n’a réellement fait son entrée depuis le Concorde, les nombreux projets en cours démontrent un intérêt toujours présent pour ces jets super rapides.

En effet, les avantages que procurent les jets supersoniques sont intéressants pour les voyageurs comme pour les constructeurs.

Voyager plus rapidement

D’après Spike Aerospace, le S-512 pourrait permettre de réduire le temps de vol de 50%, permettant de couvrir un Londres – New York en seulement 3h. Quant au projet d’Airbus, il rendrait tout simplement la traversée de l’océan plus rapide qu’un Paris – Londres en train.

Cela permettrait par exemple aux voyageurs d’affaires se rendant dans un autre continent à pour des réunions ou des conférences courtes de voyager rapidement, et même de faire des allers-retours dans la journée sans perdre de temps dans les transports.

L’AS2 d’Aerion devrait avoir une vitesse de croisière de 1,6 Mach (1 963 km/h) et le S-512 pourrait atteindre les 1,8 Mach (2 205 km/h).

Pour l’instant, l’avion le plus rapide est le Citation X+, qui peut voler à 0,935 Mach (1 155 km/h).

Effectuer plus de voyages

Pour les opérateurs et les compagnies aériennes, la rapidité de ces avions pourraient permettre de faire voyager plus de personnes, à un prix premium.

Le S-512 de Spike Aerospace est estimé entre 60 et 80 millions de dollars, prix qui se répercutera forcément sur les prix de location, ou sur le prix des billets s’il est converti en avion de ligne.

Capables d’effectuer des voyages rapides, ces avions pourraient donc faire beaucoup plus de transferts que les avions classiques et donc apporter potentiellement plus de revenus, si la demande est assez élevée.

D’après Olivier Villa, vice-président de Dassault Aviation, les services de partage de jets pourraient mettre en place des navettes supersoniques pour transporter les voyageurs d’affaires sur les itinéraires les plus demandés.

L’avion supersonique SABRE de Reaction Engines Ltd devrait par exemple être capable de transporter 300 passagers partout dans le monde en juste 4h.

Modernité, confort et luxe

Les constructeurs de jets supersoniques ne se contentent pas de créer des avions rapides, ils veulent que leurs appareils soient à la pointe de la technologie, de l’intérieur à l’extérieur.

C’est pourquoi la NASA a injecté des millions de dollars dans huit projets de recherche différents qui devraient permettre d’ériger les avions les plus avancés au monde. Ces projets prévoient notamment de réduire l’impact environnemental des appareils et de réduire leur bruit.

En ce qui concerne l’intérieur des jets, Spike Aerospace prévoit de remplacer les hublots par de larges écrans dans une cabine de luxe qui pourra accueillir jusqu’à 18 personnes.

Ce type d’innovation fait déjà l’objet de recherches de la part des constructeurs d’avions subsoniques. Pour en savoir plus, lisez notre article sur le futur des hublots.

Des innovations techniques transférables

Si des avions supersoniques entrent sur le marché, ils seront parmi les appareils les plus avancés dans le monde de l’aviation. Et même si les avions supersoniques ne reviennent pas sur le marché, la recherche entrainant leur développement sera tout de même utile pour les jets subsoniques et les avions de ligne.

En effet, les recherches en cours incluent la réduction des émissions à effet de serre, l’amélioration de l’aérodynamique ou encore le confort en cabine.

Ces innovations pourraient permettre aux jets d’être plus efficaces, plus économiques et d’avoir moins d’impact sur l’environnement.

Un avantage compétitif

La course au supersonique entre les constructeurs a également un goût de prestige. La première entreprise qui réussira à remettre les avions supersoniques au goût du jour fera sans aucun doute parler d’elle.

Quant aux entreprises de location de jet et aux compagnies aériennes, elles peuvent également développer un avantage compétitif en comptant de tels avions dans leur flotte.

Le Concorde est connu pour avoir été un échec commercial, avec un coût d’entretien très élevé alors qu’il ne pouvait accueillir qu’une centaine de personnes. Cependant, les quelques compagnies qui exploitaient l’avion supersonique étaient fières d’exhiber leurs couleurs sur l’empennage de l’appareil.

Certains pays pourraient également aider le développement des avions supersoniques. Comme pour la course à l’espace, il en va du prestige d’un pays d’offrir l’avion le plus avancé au monde.

5 OBSTACLES au développement des jets supersoniques

Si aucun avion supersonique n’a vu le jour depuis le Concorde, c’est aussi parce que beaucoup d’obstacles freinent les constructeurs.

Les problèmes environnementaux

L’un des obstacles majeurs à l’aviation supersonique est leur impact environnemental, en particulier les émissions de carburant lorsque l’avion est en phase de décollage et à l’atterrissage.

Si certains bureaux de recherche comme la NASA cherchent à réduire cet effet, les projets actuellement en cours n’ont pas encore proposé de projets concrets à basse consommation.

D’après Michel Thorigny, le plus grand exploitant mondial pour les vols privés du Concorde, il s’agit d’un premier frein au développement de jets supersoniques.

Michel Thorigny ajoute que la réglementation concernant l’aviation évolue constamment, tentant de limiter l’empreinte environnementale des appareils utilisés. Si les jets supersoniques consomment plus que les lois le permettent dans le futur, les projets pourraient être inexploitables.

Les nuisances sonores

Le fameux « bang » supersonique, qui se produit lorsque l’avion dépasse le mur du son, est un autre paramètre à prendre en compte. Le « bang » produit une onde de choc qui pourrait être dangereuse pour l’avion et ce qui se trouve en-dessous.

À l’époque du Concorde, la majorité des longs vols effectués par l’avion supersonique était des vols transatlantiques, le bruit ne pouvant donc déranger aucune population.

Aujourd’hui, les vols de l’Europe vers l’Asie sont très plus populaires et souvent longs : un avion supersonique serait donc justifié sur ce type d’itinéraire. Cependant, les avions devraient passer au-dessus des continents, entrainant une grande nuisance sonore et un potentiel danger pour les populations concernées.

Aerion prévoit de proposer des « Boomless Cruise », des voyages rapides en jet supersonique qui resteront en-dessous du mur du son. Ainsi, l’entreprise espère que les vols supersoniques soient acceptés aux États-Unis, où ils sont actuellement interdits.

Des appareils difficiles à exploiter

Les jets supersoniques ont besoin d’infrastructures et de connaissances particulières pour être utilisés.

Ils ne peuvent atterrir que sur des pistes larges et les gouvernements et aéroports doivent donner leurs accords pour que de tels appareils puissent atterrir.

Dans le cas du Concorde, le nombre d’aéroports dans lequel il pouvait atterrir était limité, empêchant notamment de nombreux vols supersoniques vers les États-Unis.

En outre, les aéroports et FBOs (aéroports privés) doivent être capables d’assurer l’entretien des appareils qui exigent un savoir-faire différent des avions subsoniques.

Enfin, les jets supersoniques consommant plus que les jets classiques, les coûts d’exploitation seront également beaucoup plus importants.

Les coûts d’investissement

Recherche et développement, construction, nouvelles technologies, tous ces paramètres qui rendent les jets supersoniques si spéciaux ont un coût.

Les constructeurs privés comme les agences gouvernementales prennent un risque en développant des avions qui pourraient ne jamais être exploités ou très peu.

La recherche dans l’aviation se développe de plus en plus avec des jets plus efficaces, qui consomment moins et peuvent accueillir plus de passagers.

Des appareils électriques ou fonctionnant à l’énergie solaire sont également en train de faire leurs premier pas.

Il est donc important pour les constructeurs de s’assurer que le futur de l’aviation se trouve réellement dans les avions supersoniques.

Une demande limitée

Le prix de base de l’avion sera extrêmement élevé (estimé à 60 ou 80 millions de dollars pour le S-512) auquel s’ajoutera les coûts d’exploitation et l’entretien des technologies dont seront équipées les cockpits et les cabines.

Peu de particuliers et d’opérateurs pourront donc se permettre un tel investissement.

En outre, les projets existants actuellement concernent en général des jets de 15 à 20 places. Même s’ils sont partagés par plusieurs personnes payant leur place individuellement, le prix par personne pourrait rester très élevé.

Si les jets supersoniques ne sont pas assez rentables, ils pourraient être retirés du marché après quelques années, tel que ce fut le cas du Concorde en 2003.

À défaut de jets supersoniques, nous proposons à la location des jets privés qui sont capables de voler à des vitesses variées. Pour des conseils sur le jet idéal pour votre voyage, écrivez-nous ou contactez-nous au +33 (0)1 70 70 77 87.

Publié: 13th July 2015 par Alexandre Perfetti

Retour à Archive for July 2015